Comment lutter contrer le stress chronique ?

Publié le : 09 mars 202210 mins de lecture

Il est rare de trouver quelqu’un qui n’a pas vécu une situation stressante au cours des derniers jours. La vitesse hallucinante des grandes villes contredit le rythme naturel de notre corps, qui est plus lent et a besoin de pauses pour se reposer. « Le plus gros problème commence lorsque le stimulus qui a généré le stress s’arrête, mais pas la réponse », avertit la psychologue Sandra Taiar. Lorsque cela se produit, on peut le considérer comme un stress chronique, dit-elle. « Beaucoup de gens vivent en état d’alerte, ils ne peuvent pas se détendre, ils sont toujours sur le qui-vive. C’est dans cet état qu’apparaissent, par exemple, les troubles du sommeil », commente Taiar, qui est un expert en psychologie formative.

Dans une interview, Taiar explique comment le rythme de la société entre en conflit avec celui du corps et explique la marche à suivre pour sortir de l’état de stress chronique.

Inteview de Sandra Taiar

Pensez-vous que nous vivons dans une société stressée ?

Plus stressé que stressé. La raison principale est que nous vivons un vertige qui inclut de moins en moins la pause. Cette société de 36 heures par jour impose un rythme qui, s’il devient la norme, franchit celui de l’organisme. Et les rythmes de l’organisme sont les mêmes que ceux de la vie elle-même. Et la vie a mis des milliards d’années à organiser ce spectacle de durabilité qu’est la biosphère. Ce qui se passe, c’est que le rythme de la production et de la vie sociale va dans une direction et que le rythme de l’organisme demande une autre direction.

De ce fait, nous voyons toutes ces manifestations de maladies mentales et physiques et encore plus les difficultés dans les relations et les institutions. Nous sommes stressés et le pire, c’est qu’en courant d’un endroit à l’autre, nous perdons la possibilité de nous demander ce qui compte vraiment. Pour savoir pourquoi nous faisons tout cela.

Souvent, nous nous mettons dans ce rythme précisément pour ne pas avoir à penser, car si nous pensons, nous voudrons nous arrêter et changer complètement de direction. Je ne suis pas contre la vitesse, je la trouve merveilleuse, mais ce rythme incessant sans pause est ce qu’il y a de plus douloureux, difficile et pathologique dans notre société. Même les machines savent comment accélérer et décélérer, comment atteindre des vitesses élevées et ensuite, ralentir. Savons -nous comment le faire ? Le rythme de la vie est palpitant. Le pouls est le langage de l’univers, de la nature et de notre corps. Que se passe-t-il si tu commences à pulser dans une seule direction ? Beaucoup de gens savent très bien comment pulser vers l’extérieur, mais quand il s’agit de pulser vers l’intérieur, ils n’y arrivent pas. Nous avons, donc, l’esprit épuisé à force de faire la même chose et de ne pas savoir comment la faire différemment.

Ce rythme est-il lié à l’importance que la société accorde actuellement aux apparences ?

Oui. Je n’ai rien contre les modes, mais si vous ne restez qu’en surface, si vous ne pouvez pas vous tourner vers la profondeur, le sentiment d’incomplétude gagne en force. Si vous n’avez des contacts que par le biais de masques, c’est insuffisant. Nous avons besoin de ces masques, mais il n’est pas possible d’être seul dans ce domaine. Et que faisons-nous de cette connexion ? Dans le langage de la psychologie formative, la connexion est la communication qui va d’une profondeur à une autre.

Qu’arrive-t-il à nos connexions ? Avec nos engagements envers ce qui compte vraiment entre nous et pour chacun d’entre nous ? Où sont vraiment nos valeurs ? Ce qui fait vraiment la différence pour que la vie continue, pour que la vie se développe et pour que nous cultivions la vie. Pour moi, la grande valeur est la vie, la communauté de la vie, y compris la vie humaine. Être humain avec toute la plénitude de ce que c’est que d’être humain est ce qui compte le plus.

Et croyez-vous qu’il est possible de changer ce scénario ?

Je pense que oui. Je pense que nous vivons un moment très riche, car il y a une grande multiplicité. Il y a de la place pour les différences, même s’il y a beaucoup d’intolérance et d’hégémonie. Il y a une expansion des possibilités d’inclusion des différences et de coexistence entre elles. Il y a un intérêt croissant non seulement à tolérer les différences, mais aussi à les valoriser. La différence est la base de notre richesse humaine et de la richesse de la biosphère. Nous faisons de la place pour la contribution et l’acceptation des singularités. Toutefois, nous risquons de perdre des groupes humains traditionnels et des espèces de faune et de flore menacées d’extinction. Nous vivons un moment très paradoxal.

Pour sortir du stress, vous devez reconnaître vos schémas de réponse et les sortir de l’automatisme.

Dans tout autre modèle social, était-il possible de vivre de manière moins stressante ?

Je pense que nous avons tendance à idéaliser le passé. Par exemple, nous essayons de sauver les traditions indigènes dans lesquelles l’homme était plus inséré dans la communauté de vie, avait un plus grand contact avec la nature. Et les valeurs de ces peuples plus anciens ont encore beaucoup de sens pour nous, car elles apportent un pendant à cette forme vertigineuse que nous vivons. Je ne crois pas en un modèle social parfait, mais nous pouvons regarder d’autres moments de l’histoire et y puiser de bonnes sources d’inspiration.

On peut dire que de nombreuses personnes sont stressées en permanence. De quel type de stress s’agit-il ?

Le stress chronique. En fait, le stress est un dispositif, c’est-à-dire un ensemble de ressources qui ont été développées au cours de l’évolution pour aider les humains et les animaux à se sortir de situations d’urgence. Ces dispositifs sont très bien élaborés et nous avons su faire un usage très intéressant de ces ressources. Le stress est une réponse aux situations d’urgence et son but est de préserver la vie.

Par conséquent, il optimise nos capacités telles que le raisonnement et l’utilisation de nos muscles. Il optimise le fonctionnement de l’ensemble du corps et rend nos performances plus appropriées. Le problème se pose lorsque le stimulus d’urgence cesse et que la réponse au stress ne cesse pas. Lorsque ce dispositif ne parvient pas à se désarmer, vous entrez dans un état de stress chronique, et ce qui devait être un sauvetage devient une opération d’usure. De nombreuses personnes vivent dans un état d’alerte, elles ne peuvent pas se désarticuler, elles sont, toujours, en marche. C’est dans cet état qu’apparaissent, par exemple, les troubles du sommeil.

Comment s’en sortir ?

Vous devez vous connaître et connaître vos expériences. En psychologie formative, nous disons que notre corps est nourri par nos expériences. En même temps que nous avons tout cet héritage évolutif, parce que nous avons un cerveau très développé pour créer de nouvelles solutions aux situations que la vie nous apporte, nous avons la possibilité de nous autoréguler.

Est-il possible de s’autoréguler et de devenir une personne moins stressée ?

Nous apportons, déjà, l’autorégulation avec nous, la vie est autorégulée, mais vous pouvez aussi vous gérer vous-même, c’est l’autogestion. Vous devez vous connaître et savoir comment vous pulsez et comment vous vous organisez, car si vous savez ce qui se passe, vous pouvez apprendre à le défaire. Si vous défaites cette forme toute faite, vous serez en mesure de vous réorganiser d’une autre manière. C’est ainsi que cela fonctionne dans toute la nature. Nous pouvons créer de nouvelles réponses, car nous sommes extrêmement plastiques et créatifs. Mais nous devons accéder à ces mécanismes automatiques, nous ne pensons, généralement, pas à nous défendre, nous devons, donc, apprendre à penser, d’abord, et à être libres d’agir d’autres façons, et pas seulement de la façon dont nous sommes habitués.

Le processus de sortie du stress, dans mon domaine d’activité, consiste essentiellement à reconnaître vos schémas de réaction et à les désactiver en utilisant la méthodologie en cinq étapes. La première est de reconnaître ce que vous êtes ; la deuxième est de percevoir comment ce qui se passe est organisé dans votre corps ; la troisième est d’analyser comment vous pouvez déplacer la structure que vous avez reconnue ; la quatrième étape est la pause, c’est-à-dire être capable d’arrêter ce schéma et laisser les forces créatives élaborer de nouvelles réponses ; et la dernière est de récolter tout ce qui est issu de ce processus.

Pour ceux qui ne connaissent pas la psychologie formative, sur quoi se base-t-elle ?

La théorie du processus de formation a été développée par Stanley Kellemam. Elle soutient, essentiellement, que nous sommes un processus vivant capable de créer de nouvelles façons de vivre, d’aimer, de penser et d’agir. Et tout comme nous sommes capables de créer, nous nous engageons dans des processus automatiques.

Nous vous recommandons : Solutions naturelles anti-stress

Plan du site